Abonnez-vous - Rechercher sur le site :

Actualité

"ils n’ont pas de figure !"
Publié le lundi 22 octobre 2007

« Ils n’ont pas de figure. »

Pressé, le Président de la Sauvegarde, de reprendre les locaux du F.A.R. Mais pas très courageux. De même que BOUCHON, le directeur général, un ancien d’OSER passé dans le camp d’en face... Les manouches ont une belle expression pour désigner les lâches : ils disent que des types comme ça n’ont pas de figure...

Les deux compères préfèrent envoyer leur porte-coton BOUQUET, promu récemment directeur du CHRS pour femmes « La Parenthèse », flanqué des deux gros bras de la B.A.C. La contrepartie de ses récentes promotions, c’est d’aller au casse pipe affronter la colère des salariés et, n’en déplaise au Président DUPRE, celle de nombreux résidents qui n’acceptent pas d’avoir été traités comme des chiens par la DDASS depuis une semaine. Pour faire bonne mesure, il s’assure de la caution de notre liquidateur, lequel s’est bien gardé de nous informer de sa visite.

L’articulet du « Progrès » du 20 octobre, non signé, parle « d’anciens salariés ».

On se calme ! Les salariés OSER n’ont reçu à ce jour qu’un courrier les convoquant à un entretien préalable en vue d’un licenciement économique. Cet entretien aura lieu mardi 23 octobre. Ca veut dire que nous sommes pour l’instant toujours salariés et protégés par ce qu’il reste de code du travail.

C’est d’autant plus vrai que Maître DESPRAT, tout en nous dispensant de « nous présenter à l’entreprise », nous demande tout un tas de documents : fiches de paye, solde de tout compte, liste des résidents du FAR, etc. Ce qui nécessite que nous restions au FAR pour accomplir cette besogne.

Nous souhaitons nous aussi que « le liquidateur puisse effectuer son travail ». L’une de ses missions, c’est d’assurer le reclassement des salariés d’OSER. Si DUPRE veut les locaux, pour exercer l’activité d’hébergement effectuée naguère par l’équipe du F.A.R., il doit reprendre les contrats de travail. La loi, ce n’est pas qu’envoyer les flics contre les pauvres et les futurs chômeurs.



"Le Progrès" du 20 octobre
(222 ko)

remonter

réalisation aglca