Abonnez-vous - Rechercher sur le site :

Actualité

ALERTE !
Publié le mercredi 29 août 2007

A toutes et à tous,

Comment le dire encore ?

Depuis un an, nous ne cessons de vous alerter sur les menaces qui accablent OSER. Au fil des assemblées générales nous avons tenté d’expliquer l’acharnement mis par les pouvoirs publics à en découdre avec une association dont les pratiques professionnelles sont appréciées de l’ensemble du secteur social, mais qui dérange par ses analyses, ses prises de position, la solidarité active qu’elle développe à l’égard des populations dont elle assure l’accompagnement.

Une mobilisation exemplaire, trois long mois d’occupation du Square JOUBERT, des querelles judiciaires sans fin, n’auront pas permis de débloquer le veto mis par les services de la DDASS et de la Préfecture sur toute négociation. Non seulement nous n’avons rien obtenu, mais les représentants de l’Etat ont accentué leur étreinte financière afin d’accélérer la liquidation planifiée depuis de longs mois. D’une manière totalement illégale, le Préfet organise la mise en faillite d’OSER : refus d’appliquer la convention qui nous lie, non-respect de la loi 2002/2, mépris des procédures de redressement judiciaire, refus de se soumettre aux jugements des tribunaux. Personne aujourd’hui ne peut plus en douter. L’épilogue de l’aventure, pour l’Etat, c’est la disparition d’une association trentenaire avec, en prime, le licenciement de ses vingt salariés. Si la mobilisation s’est avérée insuffisante pour sortir l’association de l’ornière, elle a permis de reculer l’échéance, les pouvoirs publics hésitant jusqu’à présent à porter le coup de grâce. Nous sommes de nouveau convoqué devant le Tribunal de Grande Instance le 20 septembre. Nous pensons que sa décision, de même que les possibilités d’écrire une fin joyeuse à l’histoire, dépendent en grande partie de l’écho que rencontrera notre appel à manifester le 15 septembre dans les rues de Bourg.

C’est peu dire que, pour nous, cette échéance est décisive et que nous comptons sur votre présence nombreuse. Sur cette question, au moins, nous n’avons aucune crainte. Ensemble, nous allons gagner.

Pour l’équipe d’OSER

Jean-François


remonter

réalisation aglca